A/ Introduction

Notre rôle premier d’enseignant est de donner aux enfants le goût et les moyens de cette lecture aimante et amicale du réel, avec rigueur et sérieux…

Apprendre donc à lire le monde à travers toutes les disciplines.

Père F. Lambert. S.J.

B/ Notre école est

1° Une école Chrétienne

Notre école est une communauté d’éducation ouverte, composée du P.O., de la direction, des enseignants, de surveillants et animateurs, de personnel d’entretien, de parents et d’élèves :

  • qui veut éduquer tout l’enfant.
  • qui veut prendre en compte tous les enfants.
  • qui vise à développer l’intériorité.
  • qui propose une ouverture sur la foi.

2° Une école pour tous les enfants

Nous prônons une école accueillante, ouverte aux autres et à la vie.  Nous veillons particulièrement à l’épanouissement de chacun et au respect des rythmes individuels.

Nous voulons des enfants heureux et reconnus ;  les différences de chacun sont sources de richesses pour la communauté.

3° Une école pour tout l’enfant

Notre école a pour but de favoriser l’épanouissement de l’enfant dans son entièreté : non seulement dans sa tête, mais aussi dans son corps et son cœur.

Nous voulons construire :

  • Des savoirs (ex : savoir parler, savoir écouter, savoir lire, savoir écrire, savoir établir des liens logiques, savoir calculer, savoir mesurer, savoir structurer l’espace…)
  • Des savoir-être (ex : organiser son temps, accepter de l’aide, donner son avis, donner l’avis de l’équipe…)
  • Des savoir-faire (ex : utiliser des référents (dictionnaire, carte, Atlas, cahier,…), trier et comparer des informations, adapter son vocabulaire, s’auto-évaluer, s’organiser…)

Nous voulons permettre à nos enfants de devenir des êtres capables de prendre leurs responsabilités, des êtres adaptés à la société et capables d’y être heureux.

Nous accordons une importance particulière à la solidarité, au respect, et à l’ouverture à la différence.

C° Notre école met en place une pédagogie :

Ouverte : où s’intègrent les matières, les comportements d’apprentissage, (écoute, participation des enfants acteurs de leurs savoirs) et les comportements sociaux (respect de l’autre, gestion des conflits…)

Fonctionnelle : qui donne un sens aux apprentissages.

Rigoureuse : dans laquelle nous veillons tout particulièrement à donner à l’enfant un goût du travail fini et sérieux.

Différenciée : qui permet à l’élève d’avancer à son propre rythme.

Participative : qui place les enfants ensemble pour qu’ils apprennent les uns par les autres mais également les uns pour les autres.

D° Comment vivons-nous concrètement cette pédagogie au fil des jours ?

1° Travail au sein des cycles

Les groupements d’élèves :

  • développent l’envie et le goût d’apprendre, l’autonomie dans le travail, la gestion du temps et des apprentissages, la solidarité.
  • permettent d’avoir sur l’enfant un regard multiple.  L’équipe éducative peut ainsi cerner l’enfant et mieux l’accompagner.
  • répondent à un projet actif des enfants (voyages, visites…) ou à un besoin d’apprendre (lecture, mesures…)

Ces groupements peuvent être des ateliers (=libre choix), des groupes de besoin…

2° Le projet

Le projet est une activité concrète, choisie avec les enfants, nécessitant la participation de tous.  Un projet est attrayant et stimulant tout en restant un outil pédagogique.

Il comporte plusieurs étapes : le choix, la répartition collective des tâches à effectuer, la réalisation concrète, les apprentissages (activités et structuration), la synthèse (dégager des concepts), l’évaluation du projet.

Grâce au travail par projet, les contenus-matières sont intégrés aux problèmes tels qu’ils se posent dans la vie réelle.

3° La différenciation, c’est :

  • des temps de travail où l’apprentissage se fait en petits groupes ou individuellement pour permettre à chaque enfant, à un moment précis pour un apprentissage donné, de prendre les chemins et le temps nécessaire à l’acquisition de ce savoir ou, le cas échéant de dépasser ce qui paraît trop simple, d’aller plus loin dans l’apprentissage.
  • des temps de compagnonnage, où les plus avancés peuvent accompagner un autre dans l’acquisition d’un savoir donné.
  • un temps privilégié pour écouter, rassurer, se remettre en confiance.

4° L’accueil, c’est :

  • un moment privilégié et important chez les plus petits, qui permet à l’enfant de commencer la journée de manière détendue, de se mettre en projet.  Il se vit principalement en classe.
  • un moment d’expression et d’échange où l’enfant à l’occasion de s’exprimer face à un groupe et d’apprendre à écouter l’autre.
  • un temps d’ouverture à l’environnement, au monde, à l’actualité, durant lequel on s’éveille et on s’enrichit les uns les autres.

5° L’évaluation

Soucieux de la continuité des apprentissages, nous mettons en place une évaluation formative tout au long des cycles, et certificative à la fin de chacun d’eux.

L’évaluation formative permet, pendant deux années ou plus :

  • de situer l’enfant de manière précise dans ses apprentissages et de permettre à tous les partenaires éducatifs (enfant, parents, enseignants) de cerner l’enfant dans chaque domaine et l’épauler là où il en a réellement besoin.
  • de l’aider dans ses apprentissages et de leur donner un sens.
  • D’apprendre à s’auto-évaluer. L’enfant prend ainsi conscience de ses progrès et peut gérer ses apprentissages de façon plus autonome.

L’évaluation certificative permet, elle, de vérifier si un enfant possède les notions requises pour aborder le cycle suivant.

6° Travail à domicile

Afin de permettre à l’enfant de se recréer, de s’informer, de lire et de participer à des activités sportives, culturelles ou artistiques, nous proposons plutôt un travail à échéance, dans le respect des directives ministérielles.

Nous demandons que le travail soit accompli avec soin et sérieux et remis dans les délais.

7° Activités sociales

  • le conseil de classe, de cycle, d’école : à travers ces derniers, les enfants ont le droit à la parole.  Ils apprennent à s’exprimer face à un groupe, à écouter, à développer un esprit observateur, critique et objectif.  On y parle des problèmes propres à la vie de l’école, des conflits, (que l’on apprend à gérer).  On y fait des communications, des demandes, des rappels.  on y cherche des réponses, on y prend des décisions.
  • l’accueil et l’intégration des nouveaux élèves.
  • la solidarité : elle se vit en classe, en cycle lorsque les enfants travaillent en équipe et s’entraident, où les qualités de chacun sont nécessaires à la réalisation d’un projet.

Les aînés sont solidaires des plus jeunes, qu’ils parrainent en début d’année.

E/ Qui sommes-nous ?

Nous sommes une équipe éducative professionnelle, centrée sur l’enfant et son évolution, ouverte et favorable à toute collaboration au service de ce projet, cohérente au niveau de la pédagogie et de la conception de la société.

Nous visons le renforcement positif tout au long de l’apprentissage, et mettrons en valeur tout progrès réalisé, sans masquer les difficultés à surmonter.

Nous voulons donner aux enfants le goût et les moyens d’apprendre.

F/ Annexes

« Des têtes bien faites, plutôt que des têtes bien pleines ». L’adage n’est pas neuf !  Mais aujourd’hui particulièrement, nous préparons les enfants à vivre dans une « société du savoir », un savoir en évolution constante, en ébullition permanente : il ne peut plus s’agir d‘accumuler des connaissances pour elles-mêmes (des savoirs morts), mais de nommer des compétences, des savoir-faire, des savoir-réfléchir, qui permettront aux jeunes d’intervenir de manière constructive dans un monde complexe.

Il faut certes que les enfants continuent à assimiler un large bagage de connaissances, mais celles-ci n’auront de sens que si elles sont mobilisables, s’enchâssant les unes dans les autres pour faire face à des situations diverses, concrètes, complexes et changeantes, hors du contexte scolaire.

Si l’objectif est bien de conduire l’apprenant à la maîtrise de compétences de plus en plus nombreuses, de plus en plus larges, il  ne faut pas perdre de vue que ces compétences sont destinées à son service d’homme, de citoyen, de professionnel…

M.F. BIRON et A. BEAUDUIN

Avant-propos du Programme Intégré

Edition février 2001.